Qui est Sévérine Meny ?

La famille Loeb a une vison de la vie très proche de Mr Brassens et Ferrat. Et ce fût un super succès.

Malgré la retraite, celui qui compte parmi les sportifs tricolores les mieux payés éprouve toutes les peines du monde à lâcher prise, ce qui explique son agenda plein à craquer ces derniers mois : “Ça peut sembler ridicule, mais vous savez ce que j’aurais fait de mon temps libre sinon . Sauf en 2004, pour son premier titre avec Citroën : “C’est peut-être la seule fois où j’ai vu Sébastien pleurer, lui qui est si fort mentalement. Le 12 Décembre 1977, à Toul en Meurthe-et-Moselle, est née Séverine Mény. Je jongle avec ma vie professionnelle, car je tiens à préserver mon rôle de maman.

A lire également : TOP 4 des SUV de luxe les plus en vogue en 2018

Sébastien Loeb et sa fille : ”Je lui fais comprendre qu’elle est privilégiée”

Car madame Loeb est une dingue de course auto. Crédit Photo: Loebevents.

C’est moi qui ai voulu un mariage, pour réunir tout le monde et faire une belle fête. Elle a très vite été habituée aux moteurs dans la mesure où adolescente, elle avait reçu en guise de cadeau un scooter. Une petite merveille à qui Sébastien Loeb tente d’inculquer le sens des réalités, alors que son statut lui octroie quelques privilèges, comme celui de se déplacer en hélicoptère, sans parler des vacances sur son bateau de luxe. Une passion à l’origine de leur rencontre, comme elle le raconte au JDD : “La première fois que j’ai vu Sébastien, c’était en 1996 à Nancy. Maintenant, j’ai plus d’aisance et je travaille beaucoup le soir. Cette femme respire l’amour de la bonne vie, de la bonne chaire.

Lire également : Comment réduire le coût de son assurance auto ?

Du Monte-Carlo au Portugal, du Castellet à Magny-Cours, de Donington à Zolder, vivez la course autrement, dans une ambiance détendue et festive.

Elle a vu le jour en 2007.

Pas du tout. Nous adorons l’évents, c’est un métier tellement agréable, puis nous sommes toutes dans le même état d’esprit .

Peut-être que Séverine a pu le ressentir pendant notre conversation. “C’est impossible de lui demander ça, explique la jeune femme. Un nouveau défi qui laissera bien plus de libertés à l’Alsacien, fortement marqué par la maladie et le décès de sa maman en septembre 2012. Entre deux courses de rallye, le pilote alsacien, qui a décroché ce week-end son neuvième titre de champion du monde consécutif, va s’essayer à la course sur route. Valentine, la petite fille du couple née en 2007, voit peu son père, qui parcourt chaque année la planète sur les pistes du Championnat du monde des Rallyes WRC dont il a fait sa chose.

Il m’a tout de suite plu. Si cela manque peut-être de romantisme, n’empêche que ces gestes incarnent au mieux la passion du véhicule que les deux partagent. “Allez expliquer à ma femme qu’on ne va plus sur le bateau mais au camping”, répond-il en s’esclaffant. “J’essaie de lui faire comprendre combien elle est privilégiée, explique le papa. La belle s’attendait-elle à voir plus souvent son homme après l’annonce de sa semi-retraite. “.

Au contraire, entendre que son mari est « beau gosse de pilote » l’a fait sourire.

Être privé de compétition du jour au lendemain, ce serait difficile à vivre, voire intenable. Qui sait, peut-être que d’ici 12 ans Valentine Loeb participera au Rallye Jeune organisé par la FIA, comme maman. “Sébastien n’est pas du tout romantique, lâche-t-elle, précisant que ni l’un ni l’autre n’est jaloux. En 1999, les deux se sont encore retrouvés pour une autre édition du Rallye.

» Ils se sont mariés en 2005, la Citroën WRC en guise de carrosse. On est presque toujours ensemble. Fille d’un concessionnaire automobile de Toul, Séverine Loeb nourrit donc une passion pour les voitures et s’est vu offrir le modèle de ses rêves par son mari en 2004, une Lotus Elise, petit bijou à 50 000 euros avant de fêter ses 30 ans de manière très particulière : “Il m’avait fait la surprise de louer un circuit avec une voiture de rallye. Voir aussi ici : qui est Séverine Meny. Heureusement qu’elle a ce recul sur la notoriété de son mari, vous imaginez si elle ne l’avait pas.