Quels sont les critères qui peuvent amener un assureur à refuser de souscrire une police d’assurance automobile ?

Il arrive que les conducteurs se voient refuser la souscription de police d’assurance automobile bien qu’il ait les moyens de solder les mensualités. Ce sont des faits courants, et l’Etat a mis en place un organe pour assister cette catégorie de personnes. Si vous êtes également dans le cas, l’assureur devrait vous informer de la raison du refus. Les causes d’un tel acte sont diverses.

Les raisons d’un refus de souscription à une police d’assurance automobile

Les compagnies d’assurance ont le droit de vous refuser une assurance automobile lorsqu’ils ont un motif valable. L’Etat leur en donne le plein pouvoir. Mais, tout est surveillé de près pour lutter contre les abus.

A lire également : Trouver la meilleure offre d'assurance auto : les clefs pour surpasser la concurrence

Un profil à haut risque

Un refus de souscription d’une police d’assurance automobile est souvent dû au profil du client, qui s’avère à haut risque. Chaque assureur à ses propres règles pour déterminer si un profil présente trop de risques ou non. Généralement, les jeunes conducteurs, fort de leurs manques d’expérience, sont souvent considérés comme profil à risque. Mais, il bénéficie d’une assurance, à la seule différence que le contrat est plus coûteux. Donc, si vous êtes jeune conducteur et que l’on vous refuse une assurance, ce serait bien pour d’autres raisons comme la conduite d’un véhicule très puissant juste après l’obtention du permis de conduire.

La plupart du temps est jugé comme profil à haut risque : les personnes souvent impliquées dans les accidents (responsable ou victime) ; les personnes ayant trop de verbalisations pour infractions au Code de la route ; les jeunes conduisant des véhicules trop puissants, les seniors roulants avec des véhicules trop puissants, etc.

Lire également : Assurance automobile : comment bénéficier d’une offre pas chère ?

Plusieurs résiliations à votre compteur

Certains conducteurs ont vu leurs contrats d’assurance résilier plusieurs fois par leurs anciens assureurs. Quelles que soient les raisons de la résiliation, c’est un critère largement suffisant pour qu’une compagnie vous refuse un contrat d’assurance automobile. Le fait que vous ayez souvent des problèmes avec vos précédents assureurs jusqu’à ce que s’en suivent des résiliations de leurs parts n’est pas du tout vu d’un bon œil.

Fournir des informations fausses

Lorsque vous déposez un dossier pour une police d’assurance, donnez uniquement de vraies informations. Ne mentez sur aucun point. Qu’il s’agisse de votre situation professionnelle, votre situation matrimoniale, votre mode de conduite, ou les caractéristiques du véhicule, dites toujours la vérité. Si au cours de l’analyse de votre dossier, l’assureur se rend compte que vous avez menti sur un ou plusieurs points, il peut rejeter votre demande. S’il s’agit d’un malentendu, vous pouvez vous rattraper. Mais si c’est réellement un mensonge, il n’y a quasiment plus de chance que votre dossier soit repris.

two people sitting during day

Omettre certaines informations

Le mensonge tout comme l’omission peuvent être la cause d’un refus, bien qu’il s’agisse de deux choses différentes. Que ce soit une omission volontaire ou une omission involontaire, l’assureur peut la considérer comme un mensonge. Soyez donc très attentif lors du dépôt de votre dossier et fournissez le maximum d’informations possibles.

Les précédents défauts de paiement

Si pour des raisons de non-paiements vos anciens assureurs ont résilié vos contrats, il est fort probable que votre dossier soit désormais rejeté. Ce sont des cas rares, puisque l’assureur est tenu de relancer plusieurs fois l’assuré avant de procéder à la résiliation pour cause d’un défaut de paiement. De plus, les clients en difficulté peuvent suspendre leurs contrats en attendant d’avoir les moyens de payer plus tard.

Les raisons de la résiliation d’une police d’assurance automobile

La résiliation d’un contrat d’assurance peut se justifier par de multiples faits. Tout d’abord, pour les cas de sinistres, vous devez prévenir votre assureur à temps. Si vous attendez plusieurs fois que passe le délai requis avant de déclarer les sinistres, la compagnie est en position de résilier votre contrat.

Suite à un certain nombre de sinistres (plusieurs accidents de la route dans l’intervalle de quelques mois), l’assureur peut mettre fin à votre contrat. Si ce dernier se rend compte que vous avez menti sur un ou plusieurs points, il a également le droit de résilier votre police d’assurance automobile. Outre ces faits, une hausse des risques, un changement de la situation professionnel ou matrimonial peut entraîner une rupture de contrat.

Les critères de risque pris en compte par les assureurs pour évaluer la prime d’assurance automobile

Les assureurs ont pour mission de protéger les automobilistes en cas d’accident. Pour ce faire, ils analysent différents critères qui vont leur permettre d’évaluer le risque représenté par le conducteur et son véhicule. Le premier critère, souvent évident, c’est l’âge du conducteur : un jeune conducteur est plus susceptible d’avoir des accidents qu’un conducteur expérimenté.

D’autres facteurs comme la profession ou l’usage du véhicule sont aussi pris en compte. Par exemple, si vous êtes chauffeur professionnel avec un kilométrage important à parcourir chaque jour, votre prime sera plus élevée. Si vous utilisez votre voiture uniquement pour des déplacements personnels, cela peut influencer positivement sur le coût de votre assurance automobile.

Les assureurs prennent aussi en considération le modèle de la voiture et son état mécanique général. Le prix de l’assurance varie selon que vous ayez une voiture récente dotée d’une technologie avancée ou une ancienne voiture avec peu d’équipements.

Il ne faut pas oublier que les antécédents routiers jouent un rôle majeur dans le calcul des primes. Un historique chargé avec plusieurs infractions au code de la route entraînera inéluctablement une augmentation du coût de l’assurance auto.

Les alternatives pour les conducteurs ne pouvant pas souscrire une police d’assurance automobile

Lorsqu’un assureur refuse de souscrire une police d’assurance automobile à un conducteur, ce dernier peut se retrouver dans une situation difficile. Conduire sans assurance est illégal et expose le conducteur à des amendes lourdes ou à des pénalités judiciaires. Mais il existe des solutions pour les personnes qui ne peuvent pas souscrire une assurance auto classique.

La première option consiste à opter pour une assurance au tiers, aussi appelée responsabilité civile. Cette formule garantit la couverture minimale légale en cas d’accident impliquant des dommages matériels ou corporels causés aux autres parties prenantes.

Les automobilistes qui souhaitent bénéficier d’une protection plus complète peuvent s’orienter vers la deuxième option : l’assurance tous risques. Cette formule inclut non seulement la responsabilité civile, mais aussi une couverture pour les dégâts matériels subis par leur véhicule en cas de collision, même s’ils-mêmes sont considérés comme responsables de l’accident.

Pour ceux qui ne trouvent aucune solution avec ces options traditionnelles, il reste possible de se tourner vers les compagnies d’assurance spécialisées. Certaines compagnies proposent notamment des offres spéciales pour les conducteurs résiliés par leur précédent assureur ou ayant connu plusieurs accidents et infractions par le passé.

Certains conducteurs choisissent simplement de rouler sans assurance auto malgré le risque encouru. Cela n’est absolument pas recommandé, car cela constitue un délit puni par la loi. Ceux qui prennent ce risque peuvent non seulement être condamnés à une amende, mais aussi être obligés de payer tous les dommages causés en cas d’accident.

Afficher Masquer le sommaire