Mise en fourrière d’un véhicule : les démarches à suivre !

Mettre un véhicule en fourrière consiste à l’enlever d’où il est pour le placer dans un garage bien surveillé par des agents de police. Cependant, un véhicule peut être admis en fourrière pour plusieurs raisons. Dans cet article, nous essayerons de vous orienter sur les procédures de mise en fourrière d’un véhicule.

Plusieurs cas existent

La circulation de la route est régie par plusieurs règles que tout usager se doit de respecter. De ce fait, un véhicule peut être mis en fourrière pour plusieurs cas notamment l’entrave à la circulation sur la route ; pour un mauvais stationnement ; pour une voiture en mauvais état ; le non-respect des règles de réparation ; pour une vitesse au-delà de 50 km/h, etc.

A lire également : Comment protéger votre pare-brise du froid de l’hiver ? Que faire s’il a déjà un impact ?

La vérification du véhicule par l’officier

L’officier de police se charge de vérifier le véhicule concerné de fond en comble avant qu’il ne soit mis en fourrière. Il vérifie également si le véhicule n’a pas été volé, si oui, il se chargera de vous tenir informé sans oublier votre assureur. S’il se trouve que votre véhicule a été enlevé et mis en fourrière, vous pourrez payer les frais en vous rendant sur les lieux ou sur le site de la police pour son retrait. Concernant les modalités de paiement, vous pouvez en savoir plus sur ce site.

La mise en fourrière

La mise en fourrière d’un véhicule ne se fait pas du jour au lendemain. Cette technique est pratiquée par les autorités locales. Ainsi, il revient au maire ou au préfet de le faire en cas d’infraction sur des sites et paysages classés. Les officiers de police judiciaire, les gendarmes, les agents de la police municipale ou la police nationale peuvent par ailleurs mettre un véhicule en fourrière. En cas de vol d’un véhicule, l’officier de police judiciaire est compétent pour l’encadrer avec des démarches sur le volet administratif.

A lire également : Comment acquérir le turbo garrett en ligne