L’âge requis pour faire de la conduite accompagnée

L’accompagnement anticipé de conduite (AAC) est un moyen d’apprendre à conduire que privilégient de nombreux parents et jeunes conducteurs.Si tel est également votre projet, quel est l’âge requis ? Quelles sont les autres conditions à remplir ?

Accompagnement anticipé de conduite, à partir de 15 ans

La conduite accompagnée est lancée à titre expérimental dans plusieurs départements en 1987. Le principe consiste à former les apprentis conducteurs pendant une période plus longue que celle du permis classique. L’objectif clairement affiché est de réduire les accidents de la route chez les jeunes. L’âge requis est alors de 16 ans avec possibilité de passer le permis à 18 ans.

Lire également : Carte grise : tout ce qu'il faut savoir

Depuis le 1er octobre 2014, les règles de la conduite accompagnée ont changé. Les autorités françaises ont ainsi abaissé l’âge requis à 15 ans au lieu de 16 ans. Le nom de la formation évolue au profit de accompagnement anticipé de conduite (AAC).

En revanche, même si la communication de l’époque est un peu maladroite, l’âge du permis correspond toujours avec la majorité. Il faut attendre le 22 juillet 2019 pour que l’âge minimum pour passer le permis de conduire catégorie B soit abaissé à 17 ans.

A découvrir également : Le véhicule à hydrogène, c’est quoi ?

Conduite accompagnée : quelles sont les conditions à remplir ?

Pour pouvoir prétendre à une formation dans le cadre de la conduite accompagnée, il ne suffit pas d’avoir 15 ans. Il faut remplir un certain nombre de conditions relatives aussi bien à l’élève qu’à l’accompagnateur.

Quels sont les prérequis pour l’élève ?

Pour s’inscrire dans une auto-école dans le but de suivre l’accompagnement anticipé de conduite, l’élève doit remplir les trois conditions suivantes : avoir l’âge minimum légal, c’est-à-dire 15 ans révolus ; avoir l’accord de ses parents ou de son représentant légal ; être titulaire de l’ASR (attestation de sécurité routière) ou de l’ASSR (attestation scolaire de sécurité routière) niveau 2.

Quels sont les prérequis pour l’accompagnateur ?

L’apprentissage en conduite accompagnée implique la présence d’un accompagnateur ou d’une personne qui supervise. S’il est possible d’en choisir plusieurs même en dehors du cadre familial, tous doivent remplir les mêmes conditions :

  • être détenteur du permis B depuis plus de 5 ans sans aucune de suspension ;
  • ne pas avoir fait l’objet de condamnation suite à des délits comme la conduite sous l’emprise de l’alcool ou de la drogue ;
  • être mentionné parmi les accompagnateurs dans le dossier remis à l’auto-école ;
  • avoir assisté au dernier rendez-vous de la formation initiale. Celle-ci permet au moniteur de conduite de sensibiliser l’accompagnateur à certains points de vigilance. L’objectif est d’éviter que l’apprenti conducteur près de mauvais pli pendant le durée de son apprentissage sous la responsabilité de l’accompagnateur.

Quels sont les avantages de la conduite accompagnée ?

Si l’apprentissage anticipé de la conduite séduit de plus en plus de jeunes, c’est parce qu’il compte de nombreux avantages. Meilleure préparation, prix de la formation, période probatoire réduite, tarifs d’assurance auto au plus intéressants, quels sont précisément ces avantages ?

Formation accessible dès 15 ans

Le premier avantage de la conduite accompagnée, c’est bien évidemment de pouvoir s’ inscrire dès l’âge de 15 ans. Les apprentis conducteurs peuvent ainsi se former pendant plus de 3 ans et parcourir les 3000 km requis de manière étalée.

De fait, la préparation et l’apprentissage sont bien meilleures de cette manière. Le jeune acquiert une véritable expérience de la route, ce qui lui permet d’être un conducteur chevronné au moment de s’inscrire à l’examen du permis de conduire. Le taux de réussite à cette épreuve est ainsi supérieur.

Une formation moins chère

Globalement, le coût total de cet apprentissage est bien moindre dans le cadre de la conduite accompagnée que dans celui d’une formation classique. L’écart de prix et même significatif peut représenter jusqu’à 1000 euros d’économie.

Période probatoire réduite

Se former à la conduite dans le cadre de l’AAC réduit la période probatoire. Cela a une autre conséquence, cette fois sur le prix des assurances auto qui sont également plus avantageuses.