Les nouveautés du Code de la route

Le plan de réforme du Code de la route, adopté par le gouvernement, vise à réduire les délais d’attente ainsi que le coût du permis de l’ordre de 30%. Aussi, les nouvelles mesures qui entrent dans le cadre du « permis pour tous » contribuent à renforcer la sécurité routière. Gros plan sur les nouvelles lois et réglementations qui régissent le Code de la route.

Le permis moins cher et plus rapide

La baisse drastique du prix du permis de conduire résulte d’une série de mesures qui n’entravent en aucun cas la qualité des formations dispensées. Ainsi, l’apprentissage du Code ainsi que l’examen sont gratuits pour les volontaires au Service National Universel. Dans le même temps, ils peuvent apprendre le Code de la route en ligne et se préparer à l’examen via le smartphone, un PC ou une tablette. Les jeunes conducteurs accèdent également aux simulateurs de conduite dont le coût horaire s’avère moins cher que des cours de conduite sous la supervision d’un moniteur.

Lire également : Les avantages de faire sa carte grise en ligne

Les mesures prises par le gouvernement visent aussi à développer l’apprentissage de la conduite sur boîte automatique et à encourager la conduite supervisée. Rappelons que la conduite encadrée mise en place en 2010 s’adresse aux jeunes de 16 ans aspirant aux métiers de la route. Ils ont ainsi la possibilité de passer le permis durant leur formation. Dans le même élan, l’examen du permis est accessible dès 17 ans pour ceux qui sont issus de la conduite accompagnée. Une expérience prouve que les conducteurs qui sont passés par la conduite accompagnée seraient moins impliqués dans les accidents de la route.

permis conduire

A voir aussi : Comment gérer l'écrasement de votre carte grise : étapes et solutions

Des questions plus adaptées aux enjeux de la sécurité routière

Les réformes du Code de la route impliquent une nouvelle banque de données comprenant 1000 questions. Ces dernières portent notamment sur la perception des risques sur la route, sur les comportements à adopter. Les capacités du conducteur seront ainsi évaluées en fonction des réponses fournies. À noter que les questions ne comportent pas de pièges. Quant aux conditions du code, elles restent inchangées. Autrement dit, le candidat devra répondre correctement à 35 questions sur 40. Quoi qu’il en soit, n’oubliez pas le code NEPH attribué notamment en ligne via le site de l’ANTS.

Vitesse maximale autorisée à 80km/h

La diminution de la vitesse maximale autorisée à 80km/h a longtemps fait couler l’encre. Malgré les réticentes, cette mesure s’applique sur les routes à double sens et dépourvues de séparateur central. En d’autres termes, le conducteur ne pourra pas rouler au-delà de cette vitesse sur le réseau secondaire. Le non-respect de cette loi est passible d’une perte de points ou d’une amende. La mise en vigueur de cette mesure vise essentiellement à diminuer la mortalité routière. Dans un second temps, le projet de loi contribue à rendre le trafic plus fluide et à diminuer les émissions de substances polluantes.

Le téléphone au volant durement sanctionné

La suspension de permis s’impose pour toute personne qui utiliserait son téléphone en conduisant. Ce projet de loi mis en place en 2019 vise à faire disparaître la mauvaise habitude de téléphoner au volant. Cela concerne même la lecture des messages qui, rappelons-le, multiplie les risques d’accident de la route.

Les nouvelles règles pour les vélos et trottinettes électriques

Les vélos et trottinettes électriques ont gagné en popularité ces dernières années, mais cela a aussi entraîné de nombreux problèmes liés à leur utilisation. Le Code de la route a donc été revu afin d’établir de nouvelles règles pour encadrer ces engins.

Il est désormais obligatoire pour les utilisateurs de vélos et trottinettes électriques d’avoir au moins 12 ans. Cette mesure vise à protéger les plus jeunes qui peuvent être moins responsables sur la route.

En ce qui concerne la circulation, les conducteurs de ces engins doivent maintenant circuler sur les pistes cyclables lorsqu’elles sont disponibles. Si elles ne le sont pas, ils peuvent emprunter les voies réservées aux bus ou celles limitées à 30 km/h maximum.

Pour garantir la sécurité des autres usagers de la route, les vélos et trottinettes électriques doivent être équipés d’un système lumineux avant et arrière ainsi que d’un avertisseur sonore efficace. Les couleurs réfléchissantes sont aussi recommandées pour une meilleure visibilité.

Afin d’éviter tout comportement dangereux ou irresponsable, l’utilisation du téléphone portable en conduisant un vélo ou une trottinette électrique est strictement interdite. Des sanctions sévères seront appliquées en cas d’infraction constatée.

Le port du casque devient obligatoire pour tous les utilisateurs âgés de moins de 12 ans. Il est fortement recommandé aux autres conducteurs même s’il n’est pas encore rendu obligatoire.

Les conducteurs de vélos et trottinettes électriques devront suivre une formation spécifique pour s’assurer qu’ils connaissent parfaitement les règles et bonnes pratiques de circulation. Cette démarche vise à garantir la sécurité de tous les usagers de la route.

Ces nouvelles règles visent à encadrer l’utilisation des vélos et trottinettes électriques afin d’améliorer la sécurité sur nos routes. Il est donc primordial que tous les utilisateurs se conforment à ces dispositions pour éviter tout accident et préserver ainsi leur propre intégrité physique ainsi que celle des autres usagers de la route.

Les sanctions renforcées pour les conduites addictives

Dans cette volonté de lutter contre les conduites addictives, le législateur a décidé d’apporter des sanctions plus sévères pour ceux qui se laissent tenter par certains comportements dangereux au volant. Parmi ces infractions, on trouve notamment l’utilisation du téléphone portable.

Le téléphone au volant est devenu un véritable fléau sur nos routes. Les conducteurs sont nombreux à succomber à la tentation de répondre à un appel ou d’envoyer un message alors qu’ils sont en train de conduire. Cette pratique, en plus d’être interdite, présente des dangers considérables pour tous les usagers de la route.

Désormais, toute infraction liée à l’utilisation du téléphone portable sera sanctionnée avec une extrême rigueur. En cas de constatation par les forces de l’ordre, une amende forfaitaire sera infligée ainsi qu’un retrait immédiat de points sur le permis de conduire. Le montant maximal prévu pour cette amende s’élève désormais à 135 euros et peut même être porté jusqu’à 750 euros en cas de récidive dans les trois ans suivants.

Les conséquences sont dramatiques sur le plan humain. Les risques encourus sont multiples : perte d’attention visuelle et auditive, diminution des capacités cognitives et augmentation significative du temps nécessaire pour réagir aux situations d’urgence.

Il est donc primordial que chacun prenne conscience des dangers potentiels engendrés par une utilisation irresponsable du téléphone au volant. Il est de notre responsabilité à tous, en tant que conducteurs, de respecter les règles et d’adopter une conduite responsable.

Pour éviter toute tentation lorsqu’on est au volant, il faut se concentrer avant de prendre une communication.

Les sanctions renforcées pour l’utilisation du téléphone au volant témoignent d’une volonté ferme des autorités de lutter contre cette pratique dangereuse. Il ne tient qu’à nous tous maintenant d’adopter des comportements responsables afin de préserver la sécurité sur nos routes.

Afficher Masquer le sommaire