Voie de covoiturage : les 2 radars que personne n’a vus venir !

Dans une initiative audacieuse pour réduire l’autosolisme et favoriser le covoiturage, l’Eurométropole de Strasbourg franchit une étape sans précédent. La ville se prépare à déployer des radars de contrôle sur la voie de covoiturage de la M35, une première dans l’Hexagone. Cet essai, si fructueux, pourrait déclencher une vague de changements à travers la France. Plongez-vous dans notre article pour découvrir comment Strasbourg compte révolutionner le covoiturage et comment cela pourrait influencer nos habitudes de déplacement.

Strasbourg prend les devants : radars de contrôle sur la voie de covoiturage

En matière de covoiturage, l’Eurométropole de Strasbourg s’apprête à franchir une nouvelle étape. La ville a été sélectionnée parmi six métropoles françaises pour tester l’installation de radars de contrôle sur la voie de covoiturage de la M35. Un choix loin d’être anodin, tant le covoiturage est en passe de devenir un maillon essentiel dans la lutte contre l’autosolisme.

A lire également : Qu’est-ce que l’optimisation de tournées et comment la booster

Ce dispositif s’inscrit dans une démarche plus large d’encouragement du covoiturage. Il vise à garantir le respect des règles et à faciliter le partage de véhicules entre plusieurs usagers. Une initiative qui, si elle s’avère concluante, pourrait bien faire des émules dans tout l’Hexagone.

Des radars pour covoiturage déjà en place dans d’autres villes

La ville de Strasbourg n’est pas la première à prendre de telles mesures. En effet, des dispositifs similaires ont déjà été installés à Grenoble, Rennes, Lyon, Lille et Nantes. Ces villes ont ainsi pris les devants pour favoriser le covoiturage et réduire l’autosolisme, en mettant en place des sanctions pour les conducteurs qui ne respectent pas les voies réservées.

A lire en complément : Des coques de téléphone qui roulent à toute vitesse : découvrez nos modèles inspirés par les voitures de sport

Chaque ville a sa propre méthode de contrôle, mais toutes partagent le même objectif : faciliter le covoiturage et punir ceux qui enfreignent les règles. Une tendance qui semble se dessiner clairement à travers ces différentes initiatives.

Le fonctionnement des nouveaux radars strasbourgeois

Deux radars ont été installés sur les bans communaux d’Ostwald et de Schiltigheim. Ces appareils n’utilisent pas de flash mais une technologie infrarouge. Ils prendront des photos qui seront ensuite analysées manuellement par un agent de la police municipale.

Une phase de test de quelques semaines est prévue avant que les amendes ne soient effectivement appliquées à partir de début novembre. Une période de rodage nécessaire pour s’assurer du bon fonctionnement du dispositif avant d’entamer la phase de sanctions.

Sanctions prévues pour les contrevenants

Les sanctions prévues sont claires : les automobilistes qui voyagent seuls et qui empruntent la voie réservée au covoiturage risquent une amende de 90€, et jusqu’à 135€ si elle est majorée. Un moyen dissuasif pour encourager les conducteurs à partager leur véhicule et à respecter les règles de covoiturage.

Un fonctionnement lié aux heures de pointe

Les radars fonctionneront uniquement pendant les heures d’activité de la voie de covoiturage, à savoir du lundi au vendredi de 6h à 10h et de 16h à 19h. Un choix qui correspond aux heures de pointe et qui vise à inciter les conducteurs à partager leur véhicule lors de leurs trajets quotidiens.

Le covoiturage, une nécessité à Strasbourg

Dans l’Eurométropole, la part de l’automobile est de 37,5% avec un taux d’occupation moyen de 1,4 personne par véhicule. Cette part augmente à près de 50 % à l’échelle du Bas-Rhin. Des chiffres qui démontrent l’importance du covoiturage dans la région.

Stratégie pour lutter contre l’autosolisme

En plus de l’installation de ces radars, l’Eurométropole de Strasbourg a mis en place une stratégie pour lutter contre l’autosolisme. Celle-ci comprend notamment le déploiement d’une plateforme numérique dédiée au covoiturage à l’automne et une incitation financière pour la période 2023-2025. Des mesures qui, combinées au nouveau dispositif de radars, devraient permettre d’encourager le covoiturage et de réduire l’autosolisme.

Afficher Masquer le sommaire