Assurance automobile : comment bénéficier d’une offre pas chère ?

Généralement, les tarifications d’assurance automobile grimpent chaque année. En effet, les compagnies d’assurance n’hésitent pas à revoir leurs tarifs à la hausse en fonction de leurs diverses réalités. Cet état de choses rend difficiles d’éventuelles optimisations de dépenses pour les particuliers. Comment alors bénéficier d’une offre pas chère ? Voici quelques éléments de réponse.

Utiliser un comparateur d’assurance

Pour trouver une offre d’assurance à coût accessible, il est important de se servir d’un comparateur. Cet outil réalise diverses analyses pour vous proposer les contrats qui s’adaptent le mieux à votre budget ainsi qu’à vos besoins. Il tient notamment compte des critères les plus pertinents comme :

A voir aussi : Comment obtenir un devis d'assurance auto adapté à votre profil

  • Les garanties disponibles (responsabilité civile, défense pénale, véhicule de remplacement, garantie du conducteur, etc.)
  • Lire également : Tout savoir sur l’assurance auto !

  • Les franchises (le montant restant à la charge de l’assuré après indemnisation du sinistre par l’assureur)
  • Les conditions générales et particulières ([délais de paiement, exclusions de garanties, définition des risques couverts, prescriptions, etc.]
  • Le niveau de couverture [assurance au tiers, assurance intermédiaire, assurance tous risques].

Ces différents facteurs restent incontournables pour déterminer l’attrait d’une offre. Trouvez dans ce cadre le contrat qui vous apportera satisfaction sur tous les plans en demandant un devis auto maaf. Ce prestataire vous établit gratuitement l’estimation du coût de votre assurance auto et vous propose en même temps les solutions appropriées.

Adopter quelques bonnes habitudes

Le bénéfice d’un contrat d’assurance pas cher ne découle pas uniquement de l’utilisation d’un comparateur d’offres. En effet, l’adoption d’un certain nombre de pratiques peut faire baisser votre prime d’assurance et par ricochet permettre la réalisation d’économies.

Ne pas déclarer les petits sinistres

Déclarer tous les sinistres auprès de son assureur conduit inéluctablement à l’augmentation de votre malus et de vos cotisations. En effet, la compagnie d’assurance estimera le niveau de risques qu’elle prend dans votre contrat en fonction de ces déclarations. Ainsi, pour bénéficier d’une offre pas chère, il vaut mieux éviter de déclarer les petits sinistres dont vous êtes le conducteur responsable. En guise d’alternative, vous pouvez vous arranger avec la victime afin de payer les frais de réparations nécessaires.

Renégocier son contrat

À chaque échéance où vous n’avez eu aucun sinistre, essayez de renégocier votre contrat. Demandez à l’assureur de revoir son tarif à la baisse. Sachez déjà qu’une année sans accident vous donne droit à 5 % de bonus. Faites donc jouer les avantages du bon conducteur pour faire baiser vos cotisations.

Aussi, si vous êtes un client fidèle à votre assureur, celui-ci sera certainement prêt à appliquer une remise sur votre prime auto. Montrez par exemple que vous pourriez vous intéresser à d’autres offres en vue de faire valoir votre fidélité dans cette ambition de renégociation.

Opter pour la conduite accompagnée

Cette solution concerne les jeunes conducteurs. Vous le savez certainement, les compagnies d’assurance font varier leurs tarifs en fonction du profil du conducteur. Ainsi, pour les jeunes, il est généralement constaté une augmentation de la prime d’assurance à cause du niveau de risque d’accident plus élevé. Pour pallier ce problème, vous pouvez opter pour la conduite accompagnée. Avec cette mesure de sécurité, plusieurs assureurs sont prêts à diminuer de moitié le montant de la prime.

Opter pour une assurance au kilomètre

Si vous utilisez rarement votre voiture, il est préférable d’opter pour une assurance au kilomètre. Cette formule permet de payer moins cher que les autres formules d’assurance auto car elle tient compte du nombre réel de kilomètres parcourus par l’assuré. C’est une option à envisager si vous êtes par exemple étudiant et que vous n’utilisez pas souvent votre véhicule ou encore si vous travaillez depuis chez vous.

En choisissant cette solution, le tarif est évalué en fonction des trajets parcourus dans l’année. Les assureurs considèrent qu’un conducteur effectue un certain nombre de kilomètres annuellement : 10 000 km pour la moyenne nationale. Si ce seuil maximal n’est pas atteint, alors l’économie sur la prime sera importante. En revanche, s’il dépasse largement ce seuil maximal, alors il aura intérêt à choisir une autre formule puisque cette dernière deviendra plus coûteuse.

Si on se fie aux données recueillies par les statistiques françaises, seul un tiers des automobilistes français peuvent être concernés par cette offre qui présente toutefois plusieurs avantages.

Il faut savoir que le principe même d’une assurance automobile dépend principalement du risque encouru et il découle directement du profil de chaque conducteur ainsi que de son comportement routier.

La franchise représente la part financière supportée personnellement par l’assuré lorsqu’il y a un sinistre. Elle est fixée par contrat d’assurance et varie en fonction des compagnies d’assurance.

Par exemple, si la franchise s’établit à 500 euros et que le montant des dommages subis atteint les 2000 euros, alors vous ne pourrez prétendre qu’à une indemnisation de 1500 euros.

En définitive, il n’existe pas de formule miracle pour bénéficier d’une assurance auto pas chère. L’utilisation judicieuse des astuces mentionnées ci-dessus peut permettre de réduire efficacement le coût annuel de son contrat d’assurance automobile sans toutefois sacrifier sa sécurité routière ni celle des autres usagers de la route.

Choisir une franchise élevée pour réduire le coût de l’assurance

Une autre solution pour bénéficier d’une assurance auto pas chère consiste à choisir une franchise élevée. La franchise est la somme restant à la charge de l’assuré en cas de sinistre. Plus cette somme est primordiale, moins cher sera le montant des cotisations mensuelles.

Ceci étant dit, opter pour une franchise plus élevée n’est pas sans risque et cela peut se traduire par des désagréments financiers importants si un accident survient. Il faut trouver un juste milieu entre les économies réalisées sur les cotisations mensuelles et le risque encouru en cas d’accident.

Effectivement, si vous choisissez une franchise trop élevée, vous devrez payer beaucoup plus que ce que vous aviez prévu au moment du sinistre alors qu’en choisissant une franchise modérée, l’augmentation des primes sera faible voire inexistante.

Il existe aussi plusieurs options permettant de diminuer le montant payé au moment du sinistre telles que la garantie « valeur à neuf » qui prendra en charge la différence entre votre voiture dépréciée et celle qui vient d’être acquise suite à un dommage.

De manière générale, il faut faire attention aux franchises proportionnelles ou absolues car celles-ci peuvent impacter considérablement le remboursement effectif. Les franchises proportionnelles sont fixées en fonction du montant total de l’indemnisation tandis que les franchises absolues sont fixées à un montant forfaitaire.

Le choix de la franchise doit donc être effectué en fonction des besoins et du budget de chacun. Si vous disposez d’une épargne suffisante pour faire face aux éventuels frais liés à un sinistre, alors il faut choisir une franchise élevée.

Afficher Masquer le sommaire